Erreurs de créateurs - Gestion économique et financière
Erreurs de créateurs - Gestion économique et financière

Quand un porteur de projet étudie le financement d’entreprise, il réalise un prévisionnel avec un objectif d’activité économique et un plan de financement approprié. Il est intéressant de distinguer les deux car l’un et l’autre peuvent conduire à des difficultés. Elles Ces difficultés sont bien documentées dans de nombreuses études.

L’écueil n°1 : ne pas être assez rigoureux en gestion économique et financière

Il faut tenir compte pour le financement d’entreprise de à l’expérience des autres. Pour rappel, ces études révèlent que les échecs des jeunes entreprises sont dus dans 80% des cas, à des causes périphériques à la « techno ». Parmi ces causes, la profitabilité et le financement apparaissent comme des facteurs fréquemment rencontrés. Voici quelques des exemples.


Erreurs de créateurs - Gestion économique et financière

• Pour le financement d’entreprise, les fondateurs sont souvent des technologues et n’ont pas forcément les compétences requises en gestion. C’est dommage ! Car une jeune entreprise dispose
de peu de réserves financières. Cela nécessite donc une plus grande attention à ces aspects.
Il est identifié trois types de difficultés, elles concernent le compte de résultat, le financement et la gestion de la trésorerie.

• Citons tout d’abord pour le financement d’entreprise un prévisionnel basé sur des données d’entrée approximatives et bien sûr optimistes. L’expérience en comité de financement permet de constater des chiffres parfois si ambitieux qu’ils décrédibilisent une demande de financement.
Il importe donc d’être rigoureux en utilisant les autres fonctions pour établir un prévisionnel réaliste et crédible.

Erreurs de créateurs - Gestion économique et financière


C’est la fonction marketing qui peut et doit renseigner les volumes de vente et le prix de vente ainsi que le temps d’accès au marché.
C’est la fonction ressources humaines qui doit définir précisément les coûts en personnel, charges incluses. On observe par exemple des prévisionnels qui prévoient le recrutement d’un commercial nettement en dessous du marché.
C’est la fonction R&D qui doit renseigner les besoins en investissements, le délai raisonnable de la disponibilité du produit et les coûts d’amortissement.
On peut illustrer ce manque de réalisme par de nombreux exemples, voici l’un d’eux bien connu. Juicero qui n’a jamais réussi à vendre son presse-fruit connecté à 700$ bien qu’ayant levé près de Google Venture plus de 120 millions de dollars. https://www.anaxago.com/aller-plus-loin/academy/strategies-investissement/due-diligence-comment-juger-de-la-situation-d-une-entreprise

• Un autre exemple à la création, celui du financement. La première étape est de fournir un prévisionnel crédible (cf : paragraphe précédent). Ce prévisionnel inclut la liste des investissements, un plan de financement et un prévisionnel de trésorerie…
Pour que ces éléments ne soient pas discutés, ils doivent tout d’abord s’appuyer sur des flux financiers jugés réalistes. Ils doivent aussi tenir compte des règles de financement concernant les aides publiques et privées. Attention, il n’est pas rare de constater que des entreprises obtiennent des aides pour financer une étude de marché alors qu’il existe un verrou financier rédhibitoire.
En exemple une ligne prêt bancaire de 400K€ pour financer du BFR (besoin en fonds de roulement) avec un capital de 10K€. Un tel prévisionnel fera découvrir trop tard l’impossibilité d’obtenir un tel prêt. Les fondateurs doivent aussi anticiper le besoin de souscrire à différentes sources de financement en distinguant bien celles qui concernent le bas de bilan et le haut de bilan.

• Prenons un autre exemple : la gestion de trésorerie. C’est souvent une source de stress pour les créateurs. Plus son approche est rigoureuse et plus il sera facile de suivre cet indicateur si important. La solidité des chiffres du prévisionnel apporte une certaine sérénité. Malgré tout, il faut attentivement suivre sa trésorerie comme ses budgets pour rapprocher la réalité des prévisions. Cet exercice est essentiel. Il permet d’envisager des réorientations indispensables à la découverte d’un modèle économique viable. L’organisation en gestion doit prévoir des revues périodiques pour suivre un certain nombre de tableaux de bords.
Un malheureux exemple est Save qui après avoir levé 15 millions d’euros en 2015 se trouvait en redressement l’année suivante : https://www.challenges.fr/start-up/save-take-eat-easy-et-chictypes-ces-start-up-qui-chutent_416917

  • Enfin, il y a derrière la création d’entreprise innovante, des hommes et des femmes.  Si entreprendre est un risque pour l’entreprise, il l’est aussi pour les créateurs. Un bilan de l’exposition aux risques de chacun parait judicieux et permet de travailler des hypothèses qui peuvent les réduire.

Suite à l’observation des risques économiques et financiers auxquels sont confrontés les jeunes entreprises innovantes : prudence, compétence et rigueur sont essentiels pour être rentable et se financer.

Dérisqueur propose dans son diagnostic une évaluation au niveau économique et financier :

Derisqueur - Partenaire de réussite de vos projets
  • Sécurisation des chiffres
  • Suivi budgétaire et trésorerie
  • Répartition des revenus
  • Viabilité du plan de financement
  • Attractivité investisseurs
  • Renforcement des fonds propres


Créateurs garantissez votre création d’entreprise !

Bertrand Bergue – Fondateur de Dérisqueur.

Tags:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *